Campagnes

La Justice reproductive (JR) met la santé reproductive en relation avec la justice sociale. La Justice reproductive reconnait que la santé reproductive a des liens directs avec des conditions telles que le statut socioéconomique, l’âge, la race, la sexualité, le genre, les capacités et la citoyenneté. Nous croyons que les personnes n’ont pas le contrôle total de leur vie reproductive sans que certains problèmes soient traités(les désavantages socioéconomiques, la discrimination raciale, les inégalités de richesse et de pouvoir, la différence d’accès aux ressources et aux services…).

« Justice reproductive maintenant! » vise à tisser des liens entre les personnes et leurs communautés par l’entremise de discussions, de promotion des droits et de mesures proactives sur une gamme complète d’options reproductives. « JR maintenant! » préconise un environnement où priment les décisions sans contrainte ou coercition. Par exemple, nous avons l’accès fiable au transport, aux soins de santé, à l’éducation, aux services de garderie et aux postes de pouvoir. Nous avons également l’accès à l’équité en matière de revenu et de logement, l’élimination d’environnements nuisibles à la santé, l’accès à de l’information et de l’éducation complète, précise et accessible sur la santé sexuelle et reproductive et finalement la liberté de vivre sans violence et sans discrimination

« JR maintenant! » reconnaît que l’avortement est un service médical absolument nécessaire pour les personnes pouvant tomber enceintes et accoucher. C’est notre avis, car lorsque l’avortement est criminalisé ou rendu inaccessible, le numéro d’avortements effectués ne diminue pas pour autant. Au contraire, on voit une augmentation du numéro de morts à cause d’avortements clandestins dangereux.

« JR maintenant! » reconnaît également que la gamme des genres et des sexualités auxquels les gens s’identifient est vaste et que les ressources, l’information et les services doivent être disponibles pour tous, quel que soit leur choix.« JR maintenant! » reconnaît les problèmes découlant du caractère étriqué du discours pro-choix qui s’est traditionnellement axé sur les droits à l’avortement.Ce concept étroit de « choix » ne tient pas compte de la lutte historique et du vécu des femmes victimes du racisme et autochtones ayant été privées du droit et du choix de tomber enceintes et d’avoir et d’élever leurs propres enfants. Donc, nous croyons qu’il est également important de lutter pour le droit d’avoir un enfant, pour le droit de ne pas avoir d’enfants, le droit d’élever les enfants que nous avons déjà et le droit de contrôler nos propres choix d’accouchement.

La garde d’enfant manque sévèrement sur notre campus.C’est un problème, car il y a beaucoup de parents qui étudient à l’Université d’Ottawa qui ont du mal à poursuivre leurs études sans des garderies abordables et libres d’accès.

Ces parents-étudiants ne sont pas seulement aux prises avec des frais de scolarité qui montent en flèche et à des dettes étudiantes record, mais aussi avec les coûts élevés, et le manque de choix, des services publics de garde d’enfants. Situation aggravée par le fait que beaucoup de parents-étudiants sont privés de subventions de services de garde d’enfants provinciaux et d’autres formes de soutien (particulièrement ceux qui étudient à temps partiel ou ceux qui travaillent pendant leurs études).

Nous souhaitons :

1 – Obtenir un service de garde d’enfant abordable et accessible géré par les étudiants de l’Université d’Ottawa

2 – Sensibiliser autrui aux obstacles à l’éducation auxquelles se heurtent les parents-étudiants.

ADD_CONTENT_HERE

« J’aime ça consensuellement » est une campagne continue de solidarité dans toute la ville d’Ottawa qui préconise le consentement dans toutes nos relations. Nous sommes un service étudiant pour les étudiants. Notre travail est féministe, tolérant envers les personnes queer, antiopprésif, commun aux deux sexes et positif envers l’expression de la sexualité.

Nous souhaitons mettre fin à la violence fondée sur le genre en mettant au défi les mythes et les stéréotypes qui sévissent sur notre campus et dans notre communauté.

Nous organisons des événements, des ressources pertinentes, des activités et des actions qui mettent au défi la culture du viol, promeuvent la positivité sexuelle et fournissent des outils concrets pour favoriser le consentement. Nous fournissons également du soutien et du renforcement personnel pour ceux qui survivent à la violence.

ADD_CONTENT_HERE